Étiquettes

, , , ,

Début novembre, le temps a brusquement changé dans ma région. Les températures ont sensiblement baissé, et les coccinelles ont commencé à entrer dans les maisons. Plusieurs personnes m’ont signalé des concentrations massives de milliers d’individus sur les murs ou les arbres.

coccinelles-accumulation-sur-un-volet-pg

Les assiégeantes vues de l’intérieur

Des auxiliaires devenues gênantes

Ces grosses coccinelles arborent des couleurs jaunes, orange ou rouge très voyantes. Leur aspect est si changeant d’un individu à l’autre qu’elles semblent appartenir à des espèces différentes. Il s’agit de la coccinelle arlequin, plus connue sous le nom de coccinelle asiatique. Introduite de Chine dans nos régions à la fin du XXe siècle pour lutter contre les pucerons, elle s’est largement implantée dans la nature.

coccinelle-asiatique-sur-mur-va

L’une des formes les plus courantes de la coccinelle asiatique

A l’origine cantonnée aux cultures, la coccinelle asiatique se trouve aujourd’hui un peu partout, aussi bien dans les espaces verts des villes que dans les zones humides les plus sauvages. Elle apprécie les arbres, en particulier les conifères, et colonise également les arbustes et les plantes herbacées. Capable de migrer sur de longues distances pour trouver des sites d’hivernage lui convenant, sa capacité de dispersion comme de concentration est très importante.

Une cohabitation difficile

Les coccinelles asiatiques cherchent à passer l’hiver à l’abri, et s’agglomèrent en populations parfois très nombreuses. Quand elles entrent dans les maisons, la gêne occasionnée peut être considérable. Elles s’infiltrent partout, jusque dans les vêtements ou les appareils électriques, quand elles ne volent pas autour des lampes pour tomber dans les assiettes.

coccinelle-asiatique-derriere-cadre-va

Deux coccinelles asiatiques réfugiées derrière un cadre

Bien sûr, elles ne sont pas venimeuses, ne piquent pas, n’attaquent aucune provision ni aucun matériau. Mais pour se défendre quand elles se sentent menacées, elles émettent du sang à l’odeur désagréable et très tenace, sans parler des souillures sur les murs, les meubles ou les tissus. Elles peuvent aussi provoquer des allergies chez les personnes sensibles.

Comment gérer la crise ?

Le plus simple pour tenter de se débarrasser en douceur des coccinelles asiatiques ? Les collecter avec un aspirateur. Comme ces petites bêtes se glissent partout et s’enfuient facilement du sac à poussière, intercalez, au niveau d’un raccord entre le tube rigide et le tube souple de l’aspirateur, un bas nylon qui laisse passer l’air aspiré mais retient les coccinelles.

coccinelle-asiatique-accumulation-cadavres-va

Accumulation de cadavres de coccinelles asiatiques au pied d’un mur

Quand le bas est plein ou bien toutes les coccinelles aspirées, il suffit de le fermer puis de les libérer dans un endroit où elles ne gêneront pas, comme une cabane de jardin. A défaut, un lâcher en pleine nature les obligera à chercher elles-mêmes un nouveau gîte. A condition de le faire assez loin de la maison, sinon elles risquent de revenir !

Mais en cas d’invasion massive, l’euthanasie est la seule solution. Mettez le bas dans un sac étanche ou une boite au congélateur pendant 24 h pour endormir puis tuer les coccinelles. Les mesures préventives (moustiquaire au niveau des fenêtres et autres ouvertures pour empêcher les intrusions, utilisation de cristaux de camphre pour les repousser) n’ont pas fait preuve d’une efficacité prolongée.

 

Fiche d’identité : Coccinelle asiatique (Harmonia axyridis), Coléoptère Coccinellidé

Publicités