Étiquettes

, , , , ,

… cela se passe aussi mal qu’avec une couleuvre. Sous nos climats, très rares sont les cas de prédation de vertébrés par des invertébrés : dytiques ou larves de libellule capturant des alevins de poisson ou de jeunes têtards par exemple. Le hasard m’a fait observer un tel cas dans ma cuisine.

Baiser de la mort

Un matin, en vérifiant si la gamelle d’eau du chien n’était pas vide, mon regard est attiré par une chose bizarre. Un jeune lézard des murailles de l’année est contorsionné autour d’une masse sombre. Une inspection rapprochée me fait découvrir une tégénaire, l’araignée classique des maisons, mordant au cou le lézard. Vite, je saisis l’appareil photo pour immortaliser la scène. Malheureusement l’araignée prend peur à l’approche de l’objectif. Elle relâche sa proie qui semble déjà morte, du moins sans réaction.

L'araignée s'éloignant du cadavre du lézard.

L’araignée s’éloignant du cadavre du lézard.

Le cauchemar des ménagères

Nous cohabitons avec les tégénaires depuis notre arrivée dans la maison. Elles étaient là avant nous, le seront probablement encore après nous. Ces grosses araignées ont croisé la route des hommes dans les cavernes, leur milieu de vie naturel. Elles ont trouvé à leur goût les maisons et autres bâtiments humains, cavernes artificielles parfaites.

Les tégénaires tissent dans les coins de grandes toiles horizontales en nappe, véritables pièges à poussière. Nous avons trouvé un modus vivendi avec elles : pas de toile dans les chambres et les pièces de vie, mais nous les tolérons dans les pièces de service. Ainsi, elles nous aident à limiter mouches et moustiques.

Voilà des archives assez peu consultées !

Voilà des archives assez peu consultées !

Un dégât collatéral

Les lézards qui peuplent les murs extérieurs de la maison entrent fréquemment à l’intérieur en été, quand les fenêtres restent ouvertes. Habituellement, c’est la chienne qui constitue le plus grave danger pour eux. Leurs pattes s’accrochant mal sur le carrelage lisse du sol, ils n’arrivent pas toujours à se mettre à l’abri de son coup de dent. Les mâles de tégénaire, qui vagabondent aussi au sol au moment des amours, courent les mêmes dangers.

La tégénaire est l'araignée des baignoires, où les mâles se retrouvent souvent piégés lors de leurs pérégrinations nocturnes.

La tégénaire est l’araignée des baignoires, où les mâles se retrouvent souvent piégés lors de leurs pérégrinations nocturnes.

La tégénaire devait avoir bien faim pour attaquer le lézard. Celui-ci représentait une masse bien supérieure à la sienne, et dans l’ordre normal des choses, c’est le lézard qui est le prédateur de l’araignée. L’attaque a dû avoir lieu en sur la toile, si j’en juge par les fils dans lesquels est empêtré le lézard. Il a pu se libérer en la déchirant, mais l’araignée l’a poursuivi au sol. Mon intervention lui a fait perdre tout le bénéfice de sa chasse. Abandonnant le cadavre pour se réfugier sur sa toile, elle n’y est pas revenue. Les araignées ne s’intéressent qu’à des proies vivantes, le lézard mort n’était plus attractif pour elle.

 

Cartes d’identité : Tégénaire domestique (Tegenaria domestica), Agélénidés, Arachnides et Lézard des murailles (Podarcis muralis), Lacertidés, Reptiles.

Advertisements