Étiquettes

, , , , , , ,

Vous souhaitez posséder un baromètre aussi performant que les services de la météorologie nationale pour prévoir la fin des grands froids ? Adoptez le tircis ! Parmi les premiers papillons communs à apparaître à la fin de l’hiver, il annonce le printemps d’une manière fiable.

Baromètre fiable

Ce n’est pas le plus précoce. D’autres le précèdent, comme le citron, le robert-le-diable ou le paon de jour. Mais ces espèces hivernent à l’état adulte. Vous pouvez les observer même en plein hiver, pour peu que la journée soit douce et ensoleillée. Ils en profitent pour se dégourdir quelques heures les ailes avant de retourner dans leur abri. Le tircis, lui, passe l’hiver à l’état de chrysalide, suspendue sur un brin d’herbe, ou de chenille. C’est le plus précoce des papillons n’hivernant pas à l’état adulte. Cette émergence est dépendante des conditions climatiques. Dans ma région, en Saintonge, je le vois apparaître entre la mi-février les années à hiver doux, comme en 2003, et la mi-mars comme cette année puisque la photo ci-dessous a été prise aujourd’hui 15 mars. L’année est donc tardive, constatation confirmée par l’apparition seulement le 12 mars des premiers mâles d’osmie, autre espèce-baromètre très fiable, apparus dès le 14 février en 2003.

Premier bain de soleil pour ce tircis tout frais émergé

Premier bain de soleil pour ce tircis tout frais émergé

Jaune pâle au nord, orange vif au sud

Les taches claires des ailes, orange vif dans la péninsule ibérique, apparaissent jaune pâle en Scandinavie. Entre ces deux extrêmes, les variations sont graduelles. En Saintonge la forme orange terne domine d’une manière écrasante, les papillons pâles étant exceptionnels. Par contre dans la région de Valenciennes que je fréquente régulièrement, j’observe la forme jaune. En avril 2013, à l’occasion de l’assemblée générale de l’Opie à Guyancourt dans les Yvelines, j’ai photographié un bel exemplaire intermédiaire. Les taches ne sont pas jaune orangé unies, mais certaines sont orange et d’autres les plus nombreuses, jaunes.

Un tircis nordiste mâtiné de sudiste

Un tircis nordiste mâtiné de sudiste

Amoureux de la lumière

Pour observer le tircis, inutile d’aller bien loin : au fond du jardin, en lisière d’un bois, le long d’une haie, dans un parc urbain. Il se contente de peu, quelques arbres et quelques touffes d’herbe à leur pied. La chenille broute l’herbe et le mâle se taille un petit territoire qu’il défend contre ses concurrents. Il recherche plus particulièrement les endroits à mi-ombre, où le soleil passe au travers du feuillage tout en étant filtré. Pour surveiller son territoire, composé de quelques taches de lumière qui attirent les femelles, il se pose volontiers au soleil sur une feuille ou un rameau élevés, prêt à s’envoler pour chasser le moindre intrus. Les deux papillons volent en s’élevant en spirale et en se heurtant, jusqu’à ce que l’un des deux cède et s’éloigne, l’intrus le plus souvent.

Advertisements